• 19 Mar 18
  • Posted by Flores Castillo, Mariana
  • Migrations

Communautés solidaires : les personnes qui aident les migrants à traverser le Mexique

Pour plusieurs personnes vivant au Mexique, le contact avec les migrants en transit vers les États-Unis fait partie de la vie quotidienne. Cet article décrit certaines expériences et attitudes de ces « communautés solidaires », et la compassion qu’elles ont pour les migrants. L’auteur tire des leçons de la politique sur les migrants : au lieu de définir la migration comme un problème de sécurité, les autorités gouvernementales doivent au contraire commencer à travailler avec les organisations des droits de l'homme et avec les résidents qui aident les migrants en transit. L’acte de solidarité ne devrait pas être un crime.

Nous avons tous entendu parler des migrants d’Amérique centrale qui se fraient un chemin à travers le Mexique dans l’espoir d’atteindre les États-Unis pour y travailler en tant que sans-papiers. Mais nous sommes moins familiers avec les personnes qui vivent dans les communautés de transit et qui aident les migrants dans leurs traversées.

Dans mon étude, j’ai examiné les perceptions de la migration du point de vue de ceux qui sont quotidiennement en contact avec les migrants. Je suis allée à Veracruz, Tabasco et Estado de México pour documenter l’influence des migrations en transit sur les résidents desdites « communautés de transit » ou « des lieux de transition » à travers lesquels les migrants doivent passer pour atteindre leurs destinations. Mon intention est de faire écho de la voix de ces communautés, et de mettre en valeur leurs connaissances et leurs pratiques.

L’une des choses qui m’a le plus impressionnée est l’empathie et la compassion dont ont fait preuve les résidents des communautés de transit à l’égard des migrants. Je les appelle des « communautés solidaires », du fait de l’aide qu’elles apportent aux migrants. Cette assistance est un acte de résistance à la criminalisation des migrants par l’État. 

Dans ces lieux de transit inhospitaliers, les habitants « contrôlent » les déplacements des « migrants ». Ce contrôle de leurs déplacements consiste à créer les conditions de base afin que les migrants puissent se déplacer. Les résidents sont concernés par la protection et la garantie des principaux droits fondamentaux des migrants, notamment l’alimentation, l’abri et le libre transit. 

Les expériences des habitants des communautés solidaires et leur désir d’aider les migrants sont intimement liés à leur proximité au phénomène de la migration, soit du fait que leurs enfants ont migré aux États-Unis soit parce qu’ils ont eux-mêmes migré à l’endroit où ils habitent actuellement. Par exemple, Toña, une femme de Xalostoc, Estado de Mexico, qui s’est montrée solidaire vis-à-vis de migrants m’a dit : « mon fils est là-bas [aux États-Unis], il y est allé à l'aventure. Et si je vous sers la main ici, quelqu’un d’autre tiendra également la main de mon fils de l’autre côté ». 

Les migrants font désormais partie intégrante de la vie quotidienne de ces groupes solidaires. Une femme de Macuspana à Tabasco, qui a accueilli des migrants dans sa maison a expliqué que « dans (ma) petite maison …parfois, ils séjournaient pendant trois, quatre ou cinq jours… après quelques mois, ce nombre a commencé à s’agrandir… » 

Toña a partagé avec moi son expérience, notamment le fait qu’elle aidait des migrants qui étaient pourchassés par la police des migrations : « Je leur ai dit : Partez par petits groupes, mais restez accroupis afin de ressembler à de petits insectes, c’est ce que je leur ai dit : vous arriverez à une épicerie, dites-leur que vous venez de ma part et ils vous laisseront entrer. Ce jour-là nous avions caché environ 20 migrants. » 

Toña est convaincue que l’acte de solidarité ne devrait pas constituer un crime. Néanmoins, récemment, en plus de la criminalisation de la migration, le gouvernement mexicain a criminalisé le fait de témoigner de la solidarité envers les migrants dans plusieurs parties du pays. Mais, ce qui est frappant est que, contrairement au discours des autorités sur la sécurité nationale, les personnes qui vivent dans les communautés solidaires et qui voient les migrants chaque jour ne considèrent pas ces derniers comme un problème de sécurité. 

Examinons la situation suivante : un jour, Toña a découvert Sandy, une migrante hondurienne accompagnée de ses filles sur la voie ferrée de Xalostoc. Elle les a logés chez elle. « J’ai dû casser ma tirelire pour pouvoir loger Sandy et sa famille … Nous avons préparé des matelas, des couvertures, nous avons acheté des biscuits pour les enfants... elle a passé une nuit, des mois et des années. Finalement, elles ne sont jamais repartis… Parfois, elle laissait les enfants pour aller chercher du travail ou pour travailler. Je m’occupais d’eux et nous étions devenus une famille ; mes enfants les avaient adoptés. » Ces actes ne sont pas ceux d’une population préoccupée par les questions de sécurité.

Pour les décideurs des questions de migration, les vies des migrants ne sont pas une priorité. Dans mon étude, j’ai pu observer que la solidarité entre les migrants et les communautés de transit constitue un acte de protestation contre les politiques de migration actuelles. Les migrants et les communautés solidaires sont tous les deux vulnérables, mais ensemble ils peuvent défier l’État.

Mes observations de l’interaction quotidienne entre les migrants et les habitants prouvent la nécessité d’élaborer des politiques de migration fondées sur une perspective intégrée – une perspective qui inclut les implications culturelles de la migration de transit, et considère ce transit comme un droit humain plutôt qu’un problème de sécurité nationale.

C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de politiques migratoires qui apprécient la complexité du phénomène, en assurant le bien-être des communautés solidaires et des migrants en transit. Dans ce sens, les communautés solidaires sont une preuve que nous devons changer nos points de vue en ce qui concerne les populations en transit. Comme Rocio, bénévole dans un refuge de migrants à Acayucan, Veracruz, me l’a dit, « J’ai changé mon point de vue lorsque j’ai observé la situation...lorsque vous faites face à leurs priorités, leurs besoins vous humanisent définitivement. »

Les décideurs politique au Mexique et ailleurs doivent cesser de considérer la migration comme un problème de sécurité. Cette représentation constitue elle-même un acte de violence à l’égard des migrants et contre les personnes qui vivent dans les communautés de transit et qui aident les migrants.

Sur la base de mes observations, trois choses doivent absolument changer :

Premièrement, les autorités gouvernementales doivent commencer à travailler avec les organisations des droits humains et avec les résidents qui aident les migrants en transit. Ces groupes ont des connaissances et des expériences importantes à partager, parce que la migration fait partie de leur vie quotidienne : ce n’est pas une anomalie.

Deuxièmement, les autorités doivent fournir aux communautés de transit les infrastructures nécessaires afin qu’elles puissent subvenir aux besoins des migrants en transit. Cela peut se faire d’une façon plus efficace et plus humanitaire qu’à travers la police ou l’armée. Il est important de noter le soutien émotionnel que ces interactions fournissent aux migrants, ce qui peut réduire leur vulnérabilité tout au long de leurs séjours.

Troisièmement, des protocoles formels sont nécessaires pour protéger les personnes qui travaillent avec les migrants. Ces étapes sont nécessaires pour mettre fin à l’environnement hostile et précaire qui oblige les migrants à se cacher. Les migrants doivent être autorisés à poursuivre leur route sûrement jusqu’à leur destination.

 

Auteur:

Mariana Flores Castillo est historienne. Elle prépare actuellement un doctorat (PH D.) en études politiques et sociales à l’Université nationale du Mexique (UNAM) et est titulaire d’une maîtrise (Master) en études latino-américaines également de l’UNAM.