• 21 Dec 20
  • Posted by Newell, Peter , Srivastava, Shilpi , Naess, Lars Otto , Torres Contreras, Gerardo A. , Price, Roz
  • Changement Climatique

Vers une justice climatique transformatrice : que faut-il faire ?

Si la crise climatique a pour racines des injustices économiques et sociales qui sont souvent de nature raciale, sexiste et classiste, quelles sont les perspectives en matière de justice climatique ? Cet article prône une approche transformatrice, en soulignant que la résolution des problèmes judiciaires est complexe, compliquée, contestée et longue. Les auteurs concluent que la lutte pour une justice climatique ne doit pas être isolée de la lutte nécessaire pour une justice en matière d'alimentation, d'énergie et d'eau pour atteindre, par exemple, les Objectifs de développement durable.

Depuis plus de 20 ans, l'expression « justice climatique » est utilisée pour rendre compte et dénoncer l'exposition inégale aux effets du changement climatique, la responsabilité partagée de ses auteurs et le rejet des principales instances qui agissent sur la question.

La justice climatique est perçue de multiples façons et reflète le fait que les causes et les effets du changement climatique, ainsi que les efforts déployés pour y faire face, soulèvent des questions d'éthique, d'équité et de droits. Ces différences dans la perception de la justice climatique sont importantes car elles ont de sérieuses implications pour les pays, les régions et les communautés qui sont en première ligne face aux conséquences du changement climatique. Elles sont également de plus en plus manifestes dans les efforts qui visent à accélérer la dé-carbonisation.

Dans une étude récente qui passe en revue les différentes méthodes de justice climatique, nous plaidons en faveur d'une approche transformatrice qui s'attaque aux racines de la crise climatique liées aux injustices économiques et sociales, qui sont souvent d'origine raciale, sexiste et classiste et qui se produisent à différentes échelles.

Pourquoi une justice climatique transformatrice ?

La justice climatique transformatrice se concentre sur la nécessité de modifier les relations de pouvoir dominantes et les processus décisionnels qui cristallisent et reproduisent les injustices. Elle contribue à une meilleure gestion de la justice sociale en ce qui concerne les causes du changement climatique, ainsi qu'à apporter des réponses sous la forme d'une atténuation (transitions équitables) et d'une adaptation (réponses équitables aux catastrophes et aux facteurs structurels de vulnérabilité), en dépassant les « cloisonnements » de l'atténuation et de l'adaptation.

Les modèles de justice climatique transformatrice ne s'attaquent pas seulement aux racines de la crise climatique liées aux injustices économiques et sociales, mais cherchent également à comprendre comment elles sont influencées et mises en œuvre à différentes échelles et dans différents domaines.

S'attaquer aux causes structurelles signifie traiter les injustices historiques au travers des pertes et des dommages, et protéger les droits aux ressources des communautés indigènes et marginalisées, ainsi que les droits humains des défenseurs de l'environnement qui luttent contre les effets de l'expansion des combustibles fossiles.

 Points d'entrée pour une justice transformatrice

Dans notre étude, nous identifions trois points d'entrée clés pour faciliter des approches plus transformatrices dans la recherche sur la justice climatique : renforcer la gouvernance, rendre la justice climatique inclusive et consolider la justice climatique.

Renforcer la gouvernance

Cela devrait se faire par un engagement citoyen et en dépassant les acteurs étatiques. Une participation politique significative et des formes de gouvernance plus délibératives, telles que les assemblées citoyennes sur le climat (comme celles qui ont eu lieu au Royaume-Uni et en France), peuvent contribuer à responsabiliser les institutions publiques et à explorer des alternatives.

Mais nous devons également remettre en question les intérêts acquis en réglementant le lobbying et le financement des partis, ainsi qu'en limitant les arrangements entre les gouvernements et les entreprises de combustibles fossiles, par exemple.

La justice climatique doit également dépasser le cadre de l'État pour s'étendre au secteur privé et aux institutions mondiales. C'est essentiel pour remédier aux lacunes de la gouvernance en matière de changement climatique dans les institutions commerciales et économiques qui ont été jusqu'à présent réticentes à s'attaquer au problème du dérèglement climatique. Sans cela, les politiques économiques continueront de réduire à néant les progrès réalisés dans les négociations sur le climat.

Rendre la justice climatique inclusive

Malgré l'attention accordée à l'équité et aux autres aspects de la justice, le rôle central attribué à des disciplines scientifiques particulières suscite des inquiétudes quant au fait de privilégier certains modes de connaissance par rapport à d'autres dans la production de connaissances sur l'Anthropocène (période où les activités humaines ont eu un impact important sur la planète). Des asymétries dans la production de connaissances sur l'environnement sont également observées au niveau des espaces naturels locaux.

Une façon de surmonter cela est de travailler avec divers systèmes de connaissances et de valeurs afin d'améliorer la modélisation et d'ouvrir des voies pour communiquer plus efficacement avec les communautés en première ligne face aux injustices climatiques. Pour favoriser les méthodes empiriques d'évaluation et d'adaptation au climat, des méthodes interactives et visuelles telles que la photographie participative et le storytelling peuvent également être utilisées pour faire le lien entre les différentes formes de connaissances spécialisées et non spécialisées.

Pour ce qui est de faire justice aux communautés traditionnellement exclues des débats sur la politique climatique, une analyse différenciée selon le genre peut aider à comprendre la répartition inégale des coûts et des profits des différentes filières à faibles émissions de carbone en examinant l'empreinte carbone intra-ménage, la charge de la pauvreté énergétique ou l'analyse des chaînes d'approvisionnement mondiales.

 Consolider la justice climatique

Pour que les transitions vers des économies faibles en carbone soient soucieuses des questions de justice, nous avons besoin d'exercices participatifs d'élaboration de scénarios sur l'avenir du climat. Le travail avec le milieu de la modélisation climatique sur divers avenirs énergétiques, de transport et d'alimentation pourrait permettre de mettre au point des outils plus participatifs, notamment l'élaboration concertée de scénarios de changement.

Ces derniers devraient être basés sur les valeurs, les préoccupations et les priorités des citoyens afin d'intégrer les questions de justice climatique dans la planification des différents avenirs climatiques. Mais nous devons également tenir compte de la justice pour la nature, en nous appuyant sur les tentatives innovantes pour définir les droits de la nature lors de l'élaboration des bases de la justice climatique.

Aller au-delà des solutions techniques

Lorsque ces questions ne sont pas traitées, le risque de cristalliser ou d'approfondir les inégalités existantes est majeur, car les solutions préférées des institutions puissantes (telles que le commerce du carbone, les solutions basées sur la nature ou la géo-ingénierie) sont mises en œuvre aux dépens des groupes les plus pauvres.

Le traitement des questions de justice est complexe, désordonné, contesté et prend beaucoup de temps – et le temps ne joue pas en notre faveur. Mais il est également vrai que la poursuite de la justice climatique ne doit pas être isolée de la lutte nécessaire pour une justice en matière d'alimentation, d'énergie et d'eau, par exemple dans le cadre de la réalisation des Objectifs de développement durable.

Peter Newell est professeur de relations internationales à l'Université du Sussex. Il est spécialiste des sciences sociales avec plus de 25 ans d’expérience dans le domaine du changement climatique. Il est l'auteur et le co-auteur de quatre livres sur le thème du changement climatique et en a édité plusieurs autres. Il a également publié dans un large éventail de revues de premier plan telles que Nature, Science, Nature Climate Change, Global Environmental Change, Climate Policy, Global Environmental Politics, et bien d'autres. Il a travaillé sur différents aspects de la justice climatique, notamment la «transition juste» (Newell et Mulvaney 2013), la justice environnementale mondiale (Sikor et Newell 2014) et les questions de justice énergétique.

Shilpi Srivastava est chercheuse à l'IDS. Ses recherches portent sur l'examen des relations intersectorielles et des impacts sur l'eau, la santé et le climat; l'économie politique de l'adaptation au changement climatique et de la justice des ressources; et la prise de décision dans des conditions d'incertitude climatique. Elle a publié des articles sur la gestion des ressources en eau, la politique en matière de changement climatique et l'adaptation dans des revues telles que Regional Environmental Change, Nomadic Peoples and Transition Studies Review. Elle co-édite actuellement un livre sur l'incertitude et le changement climatique en Inde pour SAGE (Inde).

Lars Otto Naess est chercheur à l'Institut d'études du développement (IDS). Ses recherches actuelles portent sur les dimensions sociales et institutionnelles de l'adaptation au changement climatique, les processus politiques sur le changement climatique et l'agriculture aux niveaux national et infranational. Il a contribué à la rédaction du chapitre Afrique du cinquième rapport d’évaluation du WGII du GIEC, et il est actuellement rédacteur en chef de domaine pour le climat et le développement pour WIREs Climate Change.

Gerardo A. Torres Contreras est doctorant en dernière année à l'IDS. Dans son travail, il explore les luttes foncières, la résistance et les processus de changement agraire résultant de projets d'énergie renouvelable au Mexique. Il a auparavant obtenu des diplômes en sciences politiques à l'UNAM, au Mexique et un MPhil en études du développement à l'Université d'Oxford. Plus récemment, il a également travaillé avec Oxfam sur des questions d'inégalité et de bien-être au Mexique.

Roz Price est chercheuse à l'IDS. Elle a plus de six ans d'expérience professionnelle dans le domaine de la politique climatique internationale, du financement climatique et des risques et de la vulnérabilité liés au climat. Elle a travaillé avec un certain nombre d'organisations intergouvernementales, de donateurs, de gouvernements et d'ONG sur les modalités de résilience et de financement climatique, en mettant l'accent sur les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés.

 

Auteur.e.s :

Peter Newell  est professeur de relations internationales à l'Université du Sussex. Il est spécialiste des sciences sociales avec plus de 25 ans d’expérience dans le domaine du changement climatique.

Shilpi Srivastava est chercheuse à l'IDS. Ses recherches portent sur l'examen des relations intersectorielles et des impacts sur l'eau, la santé et le climat; l'économie politique de l'adaptation au changement climatique et de la justice des ressources; et la prise de décision dans des conditions d'incertitude climatique.

Lars Otto Naess est chercheur à l'Institut d'études du développement (IDS). Ses recherches actuelles portent sur les dimensions sociales et institutionnelles de l'adaptation au changement climatique, les processus politiques sur le changement climatique et l'agriculture aux niveaux national et infranational.

Gerardo A. Torres Contreras est doctorant en dernière année à l'IDS. Dans son travail, il explore les luttes foncières, la résistance et les processus de changement agraire résultant de projets d'énergie renouvelable au Mexique.

Roz Price  est chercheuse à l'IDS. Elle a plus de six ans d'expérience professionnelle dans le domaine de la politique climatique internationale, du financement climatique et des risques et de la vulnérabilité liés au climat.