Décarboner l'économie : un point de vue du Sud

Comment le monde peut-il atteindre des niveaux plus élevés de décarbonation sans compromettre le développement économique ? Cet article explore le cas du Maroc, un pays en développement qui s'est engagé à contribuer à l'effort mondial de lutte contre le changement climatique.   L'évaluation des moyens de décarbonation possibles montre qu'une attention particulière doit être accordée à une pénétration accrue des énergies renouvelables pour répondre à la future demande d'électricité.   Des incitations financières et non financières seront nécessaires pour réduire le coût économique de la transition.

La crise climatique est une menace latente qui couve depuis plusieurs années. Ses conséquences touchent à la fois les individus et les économies. La lutte contre le changement climatique constitue le 13e objectif de développement durable. À ce titre, de nombreux gouvernements se sont engagés à prendre des mesures pour y remédier en signant l'Accord de Paris. Mais un rapport récent du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'Organisation des Nations unies (ONU) montre que les résultats obtenus ne sont pas à la hauteur des promesses faites.

Cela montre qu'il est urgent d'accélérer le rythme de la limitation des émissions de carbone à l'échelle mondiale. Dans un contexte planétaire émaillé de crises fréquentes, les pays sont désormais confrontés à un double défi : assurer le développement économique et préserver l'environnement. En ce sens, la transition énergétique peut être un élément crucial.

L'exemple du Maroc

Le dernier recensement des émissions de gaz à effet de serre au Maroc montre que celles-ci suivent une tendance à la hausse. Elles ont augmenté de 17 % entre 2000 et 2016, pour atteindre 86 128 gigagrammes d'équivalent dioxyde de carbone. L'industrie de l'énergie – qui comprend la production d'électricité et de chaleur, ainsi que le raffinage du pétrole – est responsable de 26 % des émissions du pays, suivie par l'agriculture (23 %) et le transport (20 %).

Le Maroc représente environ 0,2 % des émissions mondiales. Mais ses niveaux d'émissions sont susceptibles d'augmenter au cours des prochaines décennies, étant donné le développement économique continu du pays et sa croissance démographique.

Pour lutter contre le changement climatique, le Maroc a soumis sa « contribution déterminée au niveau national » (CDN) révisée à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques en juin 2021. Dans cette nouvelle CDN, le pays s'est fixé un objectif ambitieux de réduction des émissions de 45,5 % au lieu des 42 % prévus par le scénario « business-as-usual » (scénario du statu quo) d'ici 2030, dont un objectif inconditionnel de réduction de 18,3 % au lieu des 17 % prévus. En outre, le Maroc vise à accroître la sécurité de ses approvisionnements en réduisant sa dépendance aux importations d'énergie et en augmentant l'utilisation des énergies renouvelables dans sa production d'électricité.

Selon une étude récente, le Maroc peut atteindre ses objectifs de décarbonation par une électrification extensive des secteurs d'utilisation finale et une utilisation accrue des énergies renouvelables dans la production d'électricité. Les secteurs du transport, de la production d'électricité et, dans une moindre mesure, le secteur résidentiel sont tous vitaux pour la décarbonation de la consommation d'énergie.

La modélisation économique réalisée dans le cadre de cette même étude montre que le Maroc peut réaliser des réductions d'émissions nationales de l'ordre de 40 % et 70 % par rapport à un scénario de statu quo, de manière rentable, d'ici 2030 et 2050, respectivement. Il convient toutefois de noter que ces calculs ne concernent que les émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie, à l'exclusion de l'utilisation des terres, du changement d'utilisation des terres et de la foresterie.

Une demande accrue d'électricité

Au Maroc, la production d'électricité est essentiellement assurée par les énergies thermiques, principalement le charbon, suivi du pétrole et du gaz naturel, ces trois sources représentant 80 % de la production totale d'électricité du pays. Mais cette part a connu une tendance à la baisse depuis les années 1990 avec l'utilisation croissante des énergies renouvelables.

Les sources renouvelables que sont le solaire, l'éolien et l'hydraulique représentaient 19 % de l'électricité produite en 2020 contre 15 % en 1990 (hydraulique uniquement). Quant à l'énergie nucléaire, le Maroc ne prévoit pas actuellement qu'elle joue un rôle significatif dans le mix énergétique du futur en raison des coûts élevés et de la durée prolongée de la construction des infrastructures, ainsi que des risques environnementaux potentiels.

Selon l'étude susmentionnée, l'électrification des secteurs d'utilisation finale du Maroc augmentera la demande d'électricité. Dans le cadre de la décarbonation, cette demande doit être satisfaite principalement par les énergies renouvelables, ce qui impliquerait de réduire la part du charbon dans le mix électrique.

Mais les faibles coûts de production des combustibles fossiles, qui présentent un faible prix marginal, peuvent affecter la rentabilité des projets d'énergie renouvelable. En outre, la quantité supplémentaire d'électricité renouvelable injectée dans le réseau peut poser de nouveaux défis liés à sa gestion.

Cela signifie que des mesures adéquates de développement du réseau et une flexibilité accrue du système sont nécessaires. Un portefeuille diversifié de technologies telles que les systèmes de stockage d'énergie par batterie (BESS), la réponse à la demande, le stockage hydroélectrique par pompage et les centrales à biomasse peuvent fournir cette flexibilité.

Un cadre réglementaire clair et favorable est nécessaire pour permettre la participation au marché des énergies renouvelables et pour soutenir le développement des systèmes de stockage d'énergie par batterie et d'autres outils de flexibilité du système. En outre, selon un rapport récent, les financements concessionnels et mixtes peuvent également être utilisés pour débloquer les investissements privés dans l'électricité propre.

Électrifier le secteur des transports

La réduction de l'empreinte carbone du secteur des transports est un enjeu crucial dans la lutte contre le changement climatique, compte tenu de sa dépendance aux combustibles fossiles et de sa contribution aux émissions. La mobilité électrique est considérée comme une solution prometteuse pour la transition à faible émission de carbone de ce secteur.

Les recherches montrent que plusieurs obstacles freinent la transition technologique de la mobilité à énergie fossile vers la mobilité électrique :

  • Les véhicules électriques (VE) ont des coûts initiaux plus élevés que les moteurs à combustion interne, ce qui entraîne des investissements plus importants.
  • Le développement de la mobilité électrique dépend étroitement de l'amélioration des coûts de la technologie BESS et du développement des infrastructures de recharge.
  • Les modèles d'approvisionnement et d'appel d'offres se concentrent généralement sur les coûts initiaux sans tenir compte de la structure de coûts et des avantages des VE.
  • Les incertitudes quant à la performance à long terme des BESS et d'un marché qui n'est pas mature peuvent limiter l'attrait des VE pour les investisseurs publics et privés.

Des études menées aux États-Unis et au Maroc montrent qu'une combinaison de politiques visant à éliminer progressivement les véhicules polluants et à introduire des technologies à faible émission de carbone est nécessaire. Ces politiques peuvent prendre la forme d'incitations indirectes, telles que des plafonds d'émissions et de cycle de vie pour les véhicules polluants ou des privilèges de conduite pour les utilisateurs de VE, tels que des voies de circulation réservées, des parkings préférentiels ou gratuits et la suppression des péages.

Elles peuvent également prendre la forme d'incitations financières directes visant à réduire les coûts d'investissement initiaux plus élevés des VE (subventions des dépenses d'investissement ou exonérations des droits d'importation sur les véhicules et les composants) et à encourager les clients à acheter des VE (remises à l'achat).

En outre, des investissements importants seront nécessaires pour développer les infrastructures de recharge et encourager la recherche et l'innovation pour améliorer les performances et réduire les coûts. En ce sens, le Maroc gagnerait à développer une industrie nationale pour éviter la dépendance technologique.

Une transition juste et rentable

Toute planification de décarbonation doit être rentable et durable sur le plan socio-économique afin que personne ne soit laissé pour compte.

La nécessité d'accroître les investissements afin de favoriser la décarbonation est inéluctable. Ces dépenses, principalement supportées par l'État, risquent d'alourdir la dette publique. D'où la nécessité d'incitations financières et non financières spécifiques aux différents secteurs de l'économie pour soutenir la transition.

Les mesures financières couvriraient principalement les incitations aux dépenses d'investissement dans les technologies à faible émission de carbone, comme les énergies renouvelables pour le secteur de l'électricité, les véhicules électriques pour le secteur des transports, les mesures d'efficacité pour l'industrie et le secteur tertiaire, et les pompes à chaleur, le solaire thermique et les chaudières à induction pour l'agriculture et le secteur résidentiel.

Elles pourraient également inclure la suppression des subventions aux combustibles fossiles dans le secteur de l'électricité et la mise en œuvre progressive d'un système de tarification du carbone. Le développement public des infrastructures de réseau sera également nécessaire pour soutenir la décarbonation des secteurs.

Les mesures non financières peuvent inclure des réformes du cadre réglementaire et institutionnel régissant les projets énergétiques afin de stimuler la participation du secteur privé. La réforme des subventions au gaz naturel liquéfié devra être examinée tout en prévoyant des mécanismes de protection pour le segment social le plus vulnérable. En outre, la définition de normes techniques et environnementales sera essentielle pour les nouvelles constructions et les rénovations et pour certains secteurs spécifiques.

À long terme, l'augmentation des investissements devrait être compensée par la diminution du coût social du carbone, réduisant ainsi le coût économique total de la transition. En outre, les technologies plus propres ont le potentiel d'augmenter la productivité.

En définitive, la transition énergétique créera de nouveaux emplois et de nouvelles industries tout en en transformant d'autres, voire en les éliminant. L'emploi et la compétitivité industrielle devraient donc être préservés. En ce sens, le Maroc doit relever le défi de la conversion de la main-d'œuvre des activités à forte intensité de carbone vers des alternatives plus vertes et s'assurer que suffisamment de nouveaux emplois sont créés dans les industries propres et les secteurs connexes.

 

Auteure :

Rim Berahab est économiste au Policy Center for the New South, un think tank basé à Rabat. Elle travaille actuellement sur les questions liées au commerce international et à l'intégration régionale en Afrique.