• 20 May 19
  • Posted by Vézina, Pierre-Louis , Toews, Gerhard

Avantages de l’investissement étranger sur l’emploi : les preuves tirées de l’essor du secteur gazier au Mozambique

Quels sont les effets de l’investissement direct étranger sur l’emploi dans les pays en développement ? L’auteur de cet article évalue l’expérience récente vécue par le Mozambique, lorsqu’une découverte majeure de ressources naturelles a entraîné un afflux important de capitaux étrangers et la création de milliers d’emplois dans un large éventail de secteurs, dans tout le pays. Ce que nous pouvons en tirer est que les découvertes de pétrole peuvent déclencher des investissements simultanés dans divers secteurs, notamment l’industrie manufacturière, permettant ainsi une croissance remarquable. C’est un aspect dont les autorités doivent tenir compte dans le cadre de la gestion des booms inattendus de ressources naturelles, en particulier étant donné que le potentiel de développement des capitaux étrangers est majoritairement associé aux flux dans l’industrie manufacturière et dans les services plutôt que dans les industries extractives.

L’investissement direct étranger (IDE) a toujours été considéré comme un élément essentiel du développement économique. Il est associé au transfert de technologies, aux compétences, à l’augmentation des salaires et aux liens avec les entreprises locales. Toutefois, on ne sait pas clairement si l’IDE crée plus d’emplois qu’il n’en détruit. En réalité, les entreprises étrangères pourraient générer moins d’emplois que les entreprises locales, étant donné qu’elles ont tendance à être plus productives et plus exigeantes en termes de compétences.

Des études précédentes ont conclu à peu ou pas d’effets de l’IDE sur l’emploi dans les pays européens ou les différents États des États-Unis. Une étude montre même que l’entrée des supermarchés étrangers au Mexique n’avait eu aucun effet sur la moyenne de l’emploi au niveau des collectivités. Cela est surprenant vu qu’on s'attendrait à ce que les projets financés par l’IDE soient associés à un effet multiplicateur local – qui se traduit par la création d’emplois supplémentaires, à chaque fois qu’une économie locale génère un nouvel emploi en attirant une nouvelle entreprise.

Par conséquent, nous pensons qu’il est nécessaire de vérifier si l’essor récent de l’IDE dans les pays en développement a permis de créer ou non des emplois.

Nous examinons le cas du Mozambique, qui a récemment connu un boom d’IDE sans précédent. Fin 2009, la découverte d’importants gisements de gaz naturel au large des côtes du pays, estimés à environ 50 fois de son PIB, a fait beaucoup de bruits. Le pays était face à une occasion unique de sortir de la pauvreté.

Juste après la première découverte, les entreprises étrangères se sont installées dans le pays dans une multitude d’industries, en créant directement environ 10 000 emplois sur l’ensemble du territoire, au cours des trois années suivantes. En 2014 seulement, le Mozambique a attiré 9 milliards de dollars américains d’IDE et environ 15 % de tous les emplois d’IDE créés en Afrique subsaharienne (voir la figure 1).

Figure 1. Nouveaux emplois créés par l’IDE au Mozambique

Source : fDiMArkets.

Note : La ligne en tirets rouges représente la première grande découverte de gaz en 2009.

Notre analyse indique que rien de tout cela ne serait arrivé sans la découverte de gaz. En moyenne, dans les pays en développement, nous constatons que dans les deux années suivant la découverte d’un important gisement de gaz ou de pétrole, les flux d’IDE qui ne sont pas liés à l’extraction de pétrole ou de gaz augmentent de 58 %.

Cela est dû au fait que les découvertes de grande envergure agissent comme des « nouvelles choc » concernant les revenus futurs et, par conséquent, elles stimulent le cycle d’investissement. Les pays dans lesquels les découvertes ont lieu sont par conséquent inondés de capitaux étrangers, de la même manière que croissent les « villes champignons » pendant une ruée vers l’or. L’Éthiopie, le Ghana et la Tanzanie, les seuls autres pays d’Afrique subsaharienne ayant eu des découvertes importantes depuis 2003, ont également vécu un essor de l’IDE.

Cet important choc en matière d’IDE était varié au niveau des secteurs - l’industrie manufacturière, la vente de détail, les services professionnels et la construction - et au niveau des localités (voir la figure 2). Cela nous permet d’estimer les effets des projets financés par l’IDE sur la création d’emplois au Mozambique.

Étant donné que l’IDE et les emplois locaux varient selon les districts, les secteurs et les années, nous pouvons estimer l’augmentation des emplois locaux lorsqu’un secteur particulier dans une ville donnée connaît un essor d’emplois découlant de l’IDE – et comparer cette augmentation avec la création d’emplois dans d’autres secteurs dans la même localité, et avec la création d’emplois dans le même secteur mais dans d’autres localités. Cette variation nous permet aussi de tenir compte toutes les autres forces macroéconomiques déclenchées par la découverte de gaz, notamment les variations du taux de change, l’inflation ou les changements dans la dette publique.

Figure 2. Les entreprises créées par l’IDE dans les districts du Mozambique

Source : Recensement des entreprises opérant au Mozambique 2014 (CEMPRE)

Dans le contexte étudié, les emplois créés par l’IDE pourraient avoir un effet multiplicateur via deux canaux distincts :

  • Premièrement, les nouveaux emplois créés par l’IDE pourraient produire des salaires plus élevés, accroître les revenus locaux et stimuler la demande de biens et services. Une telle augmentation de la demande sera couverte en ajustant la production, en créant davantage d’emplois et en renforçant l’augmentation initiale de la demande.
  • Deuxièmement, les liens bidirectionnels entre les entreprises locales et les multinationales pourraient contribuer à augmenter la demande de biens et services locaux.

Selon nos estimations, pour chaque nouvel emploi créé dans le cadre de l’IDE, 6,2 emplois supplémentaires sont créés dans le même secteur dans le même district. Étant donné que 131 486 emplois ont été directement associés aux entreprises créées dans le cadre de l’IDE en 2014, nous pouvons estimer qu’environ 1 million d’emplois, sur quelque 9,5 millions d’emplois au total au Mozambique, découlent de l’effet multiplicateur de l’IDE.

Nos résultats montrent qu’environ 55 % des emplois supplémentaires créés sont informels plutôt que formels, et que près de 65 % de ces emplois sont occupés par des femmes. En outre, ce sont uniquement les travailleurs ayant au moins un niveau d'études secondaires qui bénéficient de cette augmentation des emplois.

Bien que l’attraction de l’IDE, notamment via les agences de promotion des investissements, ait été un objectif politique dans plusieurs pays en développement pendant des décennies, peu d’attention a été accordée aux effets des projets liés à l’IDE sur les emplois locaux. L’expérience du Mozambique montre que les projets liés à l’IDE pourraient être associés à un important effet multiplicateur local.

En d’autres termes, les projets financés par l’IDE pourraient avoir des effets sur l’emploi dans l’ensemble de l’économie locale, et au-delà de la création d’emplois directs sur laquelle les économistes se focalisent généralement. Ainsi, notre travail confirme non seulement que la promotion de l’investissement pourrait être une politique de développement bénéfique, mais aussi qu’elle a des implications pour les politiques régionales de développement dans les pays en développement. 

Les résultats montrent également que les découvertes de pétrole peuvent entraîner des investissements simultanés dans divers secteurs, notamment l’industrie manufacturière, en diversifiant éventuellement les économies et en offrant les possibilités de stimuler le décollage de la croissance. Il s’agit d’une réalité que les décideurs devraient prendre en compte lors de la gestion des booms de ressources inattendus, d’autant plus que le potentiel de développement de l’IDE est principalement associé à un IDE de qualité dans l’industrie manufacturière et les services, plutôt que dans l’industrie extractive.

 

Auteurs :

Pierre-Louis Vézina est professeur assistant d'économie au King’s College London. Ses recherches portent essentiellement sur l’utilisation des expériences naturelles et de nouvelles séries de données pour mieux cerner les problèmes politiques dans le commerce, le développement, la migration et la corruption.

Gerhard Toews est professeur assistant d’économie à la New Economic School de Moscou. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les ressources naturelles et l’économie énergétique, l’économie du travail, l’économie internationale, l’économie politique et la croissance économique.